[./neuf.html]
[http://rebourguil.tumblr.com]
[./geographie.html]
[./reperes.html]
[./village.html]
[./eglise.html]
[./chateau.html]
[./presentepatrimoine.html]
[./photosiecle.html]
[./demographie.html]
[./demographie_08_09.html]
[./filtemps05.html]
[./filtemps06.html]
[./filtemps07.html]
[./filtemps08.html]
[./filtemps09_.html]
[./filtemps10.html]
[./filtemps11.html]
[./chateauesplas.html]
[./oncle.html]
[./livredor.html]
[./comite.html]
[./liens.html]
[./contacter.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Le site du village de Rebourguil en Aveyron
Le château d'ESPLAS
Le village d'Esplas, qui fait partie de la commune de Rebourguil, est situé au sommet d'une colline dans le rougier de Camarés.
Le château d'Esplas, forteresse féodale, est bâti avec les pierres rouges caractéristiques du pays. C'est un ensemble de trois tours et un donjon carré reliés par des corps de logis, formant une cour intérieure.
Esplas fut détaché de la seigneurie de Camarés en 1261, lorsque Guillaume du Pont maria sa fille Jeanne à Béranger de Malemort. Il la dota alors des fiefs d'Esplas, de la Lauzières et de St Martin.

Ces fiefs constituèrent la seigneurie d'Espas dont les seigneurs possédaient les droits de haute, moyenne et basse justice.

La seigneurie d'Esplas a appartenu successivement à:

- de 1261 à 1349 aux Brenguiers de Malemort
- de 1349 à 1712 à la famille de Martrin
- de 1712 à 1759 à Boziat et à Gaujal de Montalègre
- de 1759 à 1952 à la famille de Cambiaire

 en 1952, le château est entré dans la famille d'Alexandry par le mariage de Henriette de Cambiaire avec le baron Osmen d'Alexandry.

En 1376, pendant la guerre de cent ans, Bertrand de Martrin dut défendre le château contre les Anglais.
Il perdit plusieurs de ses enfants durant le siège.
Le 18 octobre 1376, le Sénéchal du Rouergue ordonna aux habitants d'Esplas de garder le château jour et nuit.

En 1793, les 3 tours rondes d'Esplas furent abaissées de quelques mètres, mais le donjon resta intact.

 
  

Le donjon quadrangulaire de plus de 20 mètres de haut domine l'ensemble du château et l'épaisseur des murs atteint 1,70 mètre
D'imposantes pierres de taille forment les chaînages d'angles.
On pénètre dans le donjon au premier niveau. Une trappe aménagée dans le plancher permettait d'accéder au rez- de-chaussée, véritable cellier destiné à conserver les aliments.
Au deuxième niveau, une cheminée est aménagée dans l'épaisseur du mur et une niche flanquée de bancs permettait au factionnaire de faire le guet.
 
  
Les archères cruciformes, datées de la deuxième moitié de XIV° siècle, présentent un croisillon central pour le tir oblique ou latéral et un étrier supérieur pour le tir parabolique
On pénètre dans la cour intérieure après avoir franchi trois voûtes romanes de grés rouge en plein cintre.
Au rez-de-chaussée, la salle médiévale, lieu de toute la vie sociale a été conservée avec sa large cheminée monumentale et ses accessoires d'origine.
En 1952, une première campagne de restauration fût menée par Osmen d'Alexandry. Elle visait à faire revivre les matériaux d'origine, tels que les plafonds à la française et les encadrements de pierre.
En 2000, les actuels propriétaires ont entrepris de nouvelles restaurations pour conforter les structures de l'édifice. Les éléments architecturaux propres à chaque époque seront également mis en valeur. Ainsi les fenêtres à meneaux du XV° siècle et les toitures en lauzes retrouveront leur état d'origine.    

  
Des visites guidées ont lieu en juillet et en août.   Tél. 05 65 99 87 96
Avec l'aimable autorisation des propriétaires